Bienvenue !

BIENVENUE !
Ce blog se propose de faire découvrir quelques films (principalement muets)
moins connus de l'âge d'or du cinéma, à ce jour plus de 850 films ...
Premier message le 09.06.2010 :
Lazybones


Retrouvez-nous sur FB, ou suivez le flux RSS de ce blog en cliquant sur les icônes à votre droite ! Follow us on FB or get the feed!


Enregistrer

Rechercher dans ce blog

Archives du blog

Kenneth Harlan

The Virginian


Kenneth Harlan est né à New York ou Boston (Massachusetts), le 26 juillet 1895. (Une polémique existe au sujet de sa date de naissance : en effet certaines personnes se basent sur une photo de plateau prise durant le tournage de Lady Frederick en 1909, où on voit un homme nettement plus âgé que les 14 ans qu'il est supposé avoir. La photo est visible depuis le site Wikipedia et à mon avis, il ne s'agit pas de Kenneth Harlan qui n'avait pas cette corpulence dans ses jeunes années. Mais loin de moi l'idée d'ouvrir une polémique à ce sujet !).
Dans son livre What actors eat---When they Eat Il indique :
"Né à Boston Mass. le 26 juillet 1898. taille 6'1"(1m85) poids 185 lbs (92,5 kg). Cheveux châtains, yeux bleus. Études à  St Francis High School, New York.
Hobbies : Natation, monter à cheval et badminton.
Première expérience de théâtre à l'âge de 7 ans avec Julie Arthur dans "More than a Queen", il poursuit ensuite dans la voie du théâtre, des vaudevilles et des productions à Broadway. Il débute au cinéma avec Constance Talmadge en 1917. A joué pratiquement avec toutes les stars féminines du muet. ..."

Il me semble qu'il doit savoir ce qu'il a vécu, à moins d'être déjà sénile en 1939, date de la publication du livre ?

De sa jeunesse et de ses études, peu d'informations nous sont parvenues si ce n'est qu'il a étudié dans des écoles new-yorkaises et qu'il a fréquenté et obtenu son diplôme à l'université Fordham à New York.

Sa carrière s'étend sur plus de 25 ans et comprend près de 200 films. Harlan est entré dans le monde du cinéma en 1916 avec un rôle sous la direction de DW Griffith (Source Wikipedia - information dont je n'ai pas trouvé la trace - serait-ce dans Intolérance, le seul film tourné en 1916 avec un nombre faramineux d'acteurs non crédités ?). Il a eu par la suite des partenaires telles Constance Talmadge, Loïs Weber, Mary Pickford, Katherine MacDonald, Anna May Wong, et bien d'autres. 


Il a tourné entre autres avec Mary Pickford dans The Hoodlum 1919 où il incarne un séduisant voisin un peu mystérieux, avec Lon Chaney dans The Penalty 1920 dans lequel il manque laisser ses jambes, dans The Virginian 1923 avec Florence Vidor qu'il incarne de la plus belle manière qui soit sur un scénario proche du roman du même nom d'Owen Wister.
Un échantillonnage de 3 films qui donnent une idée de la polyvalence de Kenneth Harlan car on ne peut que se rendre compte qu'il campe ses personnages de manière renouvelée un peu à la façon d'un Richard Barthelmess qui crée un personnage à chaque fois. La première fois que j'ai vu Kenneth Harlan c'est dans le Virginien. Ensuite je souhaitais retrouver le même acteur, mais c'était peine perdue : le Virginien incarné par Kenneth Harlan était le Virginien pour une unique fois, ce qui explique sa polyvalence et la valeur de ses prestations à mes yeux. Il est quelqu'un d'autre à chaque fois, même l'expression de ses yeux, ses sourires ne sont pas les mêmes d'une fois à l'autre.

On peut dire de plus qu'il vieillit très bien comme on peut le voir par exemple en 1943, alors qu'il tourne avec Allan Rocky Lane dans The Daredevils of the West, ou en 1938 avec Buck Jones dans The Law of the Texan d'Elmer Clifton.

Les sources divergent (et sont peu nombreuses) et certains faits sont peu clairs. 
Mes Sources : The Blue Book of The Screen Ruth Wing Editor, Eighty Silent Film Stars Biographies and Filmographies of the Obscure to the Well Known de George A. Katchmer, Wikipedia.

Kenneth Harlan disait qu'il devait son succès à sa Mère : Madame Rita Harlan, une actrice de renom à cette époque, a certainement inspiré son fils en lui permettant de visiter les coulisses des théâtres où elle jouait. Plus tard il est devenu l'un des piliers du théâtre amateur de l'école Horace Mann où il apparaissait dans les pièces, servait de répétiteur aux autres acteurs et allait même jusqu'à concevoir les costumes.
A 18 ans il fait ses début dans une troupe théâtrale de l'Est. Il suit T. Roy Barn dans "See My Lawyer" puis obtient une certain reconnaissance alors qu'il est engagé dans la troupe de Gertrude Hoffman qui avait une revue de danse théâtrale. Bien que n'étant pas un danseur à la base, son sens de la pantomime était très apprécié. Il rejoint ensuite Evan Burrowes Fontaine pour former une troupe de danse.
Mais l'ambition d'être un véritable acteur le conduit à signer un engagement avec Robert Hilliard et sa compagnie «The Fortune Hunters». Très vite il est happé vers les sommets de sa profession. Broadway le reconnait plus tard dans "The Country Boy" et lui ouvre ses portes.
Loïs Weber, la célèbre réalisatrice-actrice-écrivain vit les multiples possibilités du jeune acteur et l'engagea pour jouer le rôle principal dans "The Whim", après que les tests aient confirmé son fort potentiel.
Avec Kenneth Harlan comme l'un des acteurs principaux, les Productions Bluebird (
Universal Film Manufacturing Company (1918) (USA) (theatrical) (as Bluebird Photoplays) sont ensuite formées et produisent un certain nombre de films, dont "The Wine Girl", "Bread" et "Midnight Madness", dans lesquels il apparait à son avantage et qui poussèrent Joseph M. Schenck à lui offrir un contrat pour travailler chez Triangle avec les soeurs Talmadge.
Grâce à ce contrat il tourne "Lessons in Love", "Mama's Affair" et "Dangerous Business". D
ès lors son nom se trouve en haut du panier en terme de popularité.



La première guerre mondiale interrompt sa carrière cinématographique. Il est envoyé outremer mais jamais ne verra le front. Avec son copain George Chesebro (un acteur connu lui aussi), il passe pas mal de temps à s'ennuyer à monter la garde. Il détesta le manque de confort et le manque d'hygiène bien pires à ses yeux que de devoir garder un maquillage pendant 24 heures. Harlan et Chesebro voulaient s'amuser et échouèrent aux cuisines pour de petites "fautes" et goutèrent aux plaisir de la table des officiers. Harlan a toujours dit qu'il serait un bon mari (!) car il avait ainsi appris à faire la cuisine et la gérer. Il prit 15 kilos en 8 mois malgré un travail pénible et une méchante grippe. Harlan et Chesebro devinrent tous les deux plantons pour un colonel ce qui permit à Harlan d'étudier pour devenir radio. Il semblerait que ce soit lui-même qui réceptionna le message du Maréchal Foch qui annonçait la fin des hostilités. 

Flo Hart devint la première Madame Harlan le 26 juin 1920 (la première d'une longue série). En 1922 elle lui intente un procès pour obtenir la séparation puis le divorce. Elle prétendait qu'alors qu'il était en tournage il était trop occupé pour batifoler mais lorsqu'il rentrait à New York il était assailli par des femmes qui l’idolâtraient. Elle clama qu'il la maltraitait et la battait, allant même jusqu'à lui montrer des lettres de ses admiratrices qui rêvaient de passer une minute avec lui...

Kenneth Harlan aimait beaucoup les animaux, il  en avait toujours à la maison et même dans sa loge.

Sur un salaire hebdomadaire de $666, il n’économisait pas un centime. Il devait même à sa femme $10'000 qu'il lui avait empruntés. Au cours des années 20 il épousa Marie Prevost, mais le mariage ne dura pas longtemps non plus.

Bon vivant, Kenneth Harlan aimait les beaux vêtements, les sports, monter à cheval, conduire, danser (le Badminton d'après What Actors eat ---) et avait d'excellents goûts. Il devait avoir pris goût à la cuisine car il publie un livre avec son ami Rex Lease
What Actors Eat --- When They Eat, Lymanhouse, Los Angeles, 1939. 



Photo Drama Magazine écrit en août 1921 
"il est jeune, séduisant, doué pour interpréter un genre de caractère tranquille et innocent. il incarne à merveille le héros au grand cœur et aux bonnes manières qui se sacrifie à la fin. Il faut dire que Kenneth Harlan a une grande expérience grâce aux nombreux films qu'il a tourné avec des reines de l'écran. La raison en est sans nul doute parce qu'il est polyvalent, prêt à s'engager dans n'importe quel rôle, travailleur engagé et de composition agréable lors des prises de scène, patient lorsque des problèmes surviennent, prenant son rôle au sérieux en donnant le maximum de lui-même; il gagne ainsi le respect de tous.
"Mr. Harlan s'habille bien, mais pas de manière frappante. Il n'a pas le sourire enthousiaste du fameux Wallace Reid, il n'a rien des qualités poétiques de Richard Barthelmess, ni la vivacité de Charles Ray ou la présence distinguée de Percy Marmont.
"Mais il a un charmant sourire avec juste un soupçon de tristesse, une façon lente qui mérite le regard par sa précision même; il attire le coeur plutôt que les yeux, et il compose un meilleur martyr qu'un conquérant".
Il préférait les comédies parce qu'il trouvait amusant de se moquer de lui.
Cet acteur polyvalent apparait encore dans 10 films en 1943 puis prit sa retraite. Il est mort le 6 mars 1967, à Sacramento en Californie, d'un anévrysme. Il est enterré au Hollywood Forever Cemetery

Kenneth Harlan était le prototype même du beau gosse, 1m80 ou 6', 82 kilos (5'11", 165 pounds ou 6' d'après Close ups of the Golden Age of the Silent Cinema, Jolifin Collection voire 1m85 et 92,5 kg dans What Actors Eat ...).
Cheveux châtains foncés et yeux gris (ou bleus selon les sources).
Il était à l'aise dans tous les genres de films, que ce soit dans des comédies, des mélodrames, des films d'action ou encore dans des westerns.  On peut même l'entendre chanter (vigoureusement !) dans Paradise Island, 1930.
Une anecdote intéressante concerne le tournage du Virginien. Dans une scène demandant de la rapidité et alors qu'il cherchait à sortir son revolver rapidement de son holster, celui s'accrocha et explosa en lui infligeant une longue blessure oblique dans la jambe droite. Un morceau de la salopette qu'il portait a été introduite dans la plaie. Harlan s'écroula et fut très désabusé de découvrir qu'il n'était pas l'homme fort qu'il croyait être. Le Dr J.J. O'Brien l'examina et déclara que la blessure n'était pas sérieuse, à l'exception du risque d'empoisonnement dû au vêtement au contact de la plaie.

avec Marie Prevost


K. Harlan a été marié huit fois, dont un mariage avec une star du muet Marie Prévost. Il était le neveu de l'acteur Otis Harlan
Ses épouses :
Rosemarie Gonsalves Mirjanian (1963 - 1967)
Rhea Walker (1957 - 1959)
Helen Stanton (1949 - 1953)
Helen Spetner (1934 - 1946)
Phyllis McClure (1932 - 1934)
Doris Hilda Booth (1930 - 1931)
Marie Prevost (1924 - 1929)
Florence Hart (1920 - 1922)


Filmographie
http://www.imdb.com/name/nm0363218/

Wikipedia
http://en.wikipedia.org/wiki/Kenneth_Harlan 

Bibliographies
http://www.virtual-history.com/movie/person/10382/kenneth-harlan

Autographes
http://www.stowevintage.com/gpage6.html


Marie Prevost
http://forums.thefashionspot.com/f95/marie-prevost-47544.html

http://www.whosdatedwho.com/tpx_19370/kenneth-harlan/

Faits divers
http://hollywoodheyday.blogspot.com/2009_02_01_archive.html

The Blue Book of The Screen
 Billy Bevan, Kenneth Harlan, Anna Q. Nilsson  dans Easy Pickings 1927 - George Archainbaud
Dans Ice Flood avec Viola Dana 1926 - George B. Seitz

avec Florence Vidor, The Virginian 1923 - Tom Forman

Finger Prints 1931 (Serial)

Under Montana Skies, 1930 - Richard Thorpe

Articles les plus consultés

Membres